- Annonce -

L’Affaire Alexia Daval, la jeune femme dont le corps en partie calciné avait été retrouvé dans un bois près de Gray en Haute-Saône (70), est ponctuée de rebondissements. Le dernier en date, Jonathann Daval, le tueur présumé, accuse désormais son beau-frère, Grégory Gay, d’avoir étranglé la victime lors d’un repas de famille.

Lors de sa dernière audition devant le juge, fin juin, Jonathann Daval, est revenu sur ses aveux qui avaient mené à sa mise en examen pour « meurtre sur conjoint » en janvier dernier. Il a en effet accusé son beau-frère, Grégory Gay, d’avoir étranglé Alexia en évoquant un complot familial.

D’après les déclarations de Jonathann Daval, c’est Grégory Gay, le beau-frère d’Alexia qui l’aurait tuée en tentant de la maîtriser lors d’une crise d’hystérie pendant une soirée raclette organisée chez les parents de la victime, Isabelle et Jean-Pierre Fouillot. Toujours selon Jonathann Daval, la famille aurait ensuite conclu un pacte secret pour que tous gardent le silence au sujet du meurtre d’Alexia.

Une semaine après avoir été convoqué au palais de justice de Besançon, le couple Grégory et Stéphanie Gay, la sœur d’Alexia Daval, s’est confié à Ruth Elkrief pour Bfm TV. L’intégralité de l’entretien a été diffusé ce jeudi soir sur la chaîne d’information en continue.

Grégory Gay entend « préserver le secret d’instruction » à tout prix

« On envisage de porter plainte pour dénonciations calomnieuses. Je n’ai pas besoin de me défendre, pas du tout. Cette histoire n’aurait jamais dû sortir dans aucun média », a déclaré Grégory Gay à Ruth Elkrief au début de l’interview. « Notre entretien avec le juge, il était normal qu’il ait lieu. Il avait des questions à nous poser, c’était désagréable mais c’était normal qu’on y réponde, c’est la procédure. »

Aux côtés de son mari, Stéphanie Gay a partagé l’état d’esprit des membres de la famille d’Alexia en apprenant, la semaine dernière par le juge d’instruction, la nouvelle version de Jonathann Daval : « C’est la consternation, on n’est pas préparés pour ça. On n’a jamais envisagé ça. L’ahurissement dure pendant toute notre audition. Il y a seulement quelques heures où on commence à réaliser ce qu’il se passe, la portée de ce qu’il a dit. »

« Ce n’est pas agréable de se retrouver dans les journaux à côté du mot tueur. Je suis actuellement en CDD, lorsqu’il va falloir passer les entretiens d’embauche avec ça sur le dos ça risque d’être pesant », a précisé Grégory Gay.

Selon lui, « Jonathann n’aurait jamais pu faire sortir cela tout seul de prison. Je suis là pour combattre les personnes qui s’amusent à orchestrer ces fuites, qui apportent du flou dans un dossier déjà extrêmement compliqué. Il est important de préserver le secret d’instruction. »

« S’il n’avait rien à voir là-dedans, il n’aurait jamais fait d’aveux »

Il  a ajouté : « Jonathann a fait des aveux où il déclarait avoir tué Alexia, il ne faut pas l’oublier […] Il était capable de nous mentir de manière extrêmement précise, efficace, on n’a rien vu venir. […] S’il n’avait rien à voir là-dedans, il n’aurait jamais fait d’aveux. »

Stéphanie Gay a confirmé : « Jonathann a fait preuve d’une force d’esprit incroyable pour rester de glace. » La sœur d’Alexia Daval est convaincue que Jonathann « a sa part de responsabilité. Il fait partie du scénario machiavélique. »

« Jonathann a sa part de responsabilité. Il fait partie du scénario machiavélique. »

Lors de l’entretien, le couple est également revenu sur le déroulement de la soirée qui a précédé la disparition d’Alexia Daval : « C’était une soirée tout à fait normale. Alexia était la première arrivée, elle revenait d’une séance de sport. Jonathann, lui, a tardé, c’était difficile de le joindre. Il est arrivé en dernier. Alexia lui a fait remarquer qu’il était très en retard et qu’il aurait pu prévenir. Il n’a rien répondu de spécial », se souvient le beau-frère du meurtrier présumé.

Le palais de justice de Besançon, théâtre des nombreux rebondissements dans l'affaire Alexia Daval. © LDC
Le palais de justice de Besançon, théâtre des nombreux rebondissements dans l’affaire Alexia Daval. © LDC
« Jonathann ne s’intéressait pas beaucoup au projet bébé d’Alexia »

Interrogés sur les signes qui auraient pu présager le meurtre, Grégory et Stéphanie Gay ont déclaré : « Alexia n’était pas proche de sa belle-famille. Il y avait des jalousies, comme ça peut arriver dans beaucoup de belles-familles… Nous avions remarqué que Jonathann ne s’intéressait pas beaucoup au projet bébé d’Alexia et un manque d’investissement de sa part dans les travaux de la maison, mais nous mettions ça sur le compte de sa timidité. »

« Dans notre questionnement, c’est est-ce que le scénario était construit depuis plus longtemps ? »

Pour le couple, ces nouvelles révélations de Jonathann Daval sonnent comme un « coup de poignard ». Les deux époux croient également en la complicité de tiers dans cette affaire : « Dans notre questionnement, c’est est-ce que le scénario était construit depuis plus longtemps ? » Jonathann Daval, qui en est à sa troisième version des faits, est toujours incarcéré à la prison de Dijon.

Louise DE CHÂTEAUBLANC

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here