- Annonce -

L’ancien rugbyman, Emmanuel Serge Mbeutcha, revient avec un troisième court-métrage, en partie tourné dans la région.

Le Camerounais Emmanuel Serge Mbeutcha est ancien joueur de rugby. C’est sa passion pour le ballon ovale qui l’a conduit à Besançon il y a deux ans. Depuis, le jeune homme a totalement changé de voie pour fonder sa société de production, LSM Prod, qui emploie une quarantaine de personnes dans le monde entier, notamment à Los Angeles. Pour son prochain court-métrage, Quiproquo, produit et réalisé dans la région, il fait venir des acteurs de séries américaines à succès telles que Narcos ou encore Grey’s Anatomy.

La réinsertion comme fil rouge

Pour ce troisième court-métrage, tout est parti d’une discussion entre amis : « Quiproquo c’est l’histoire d’un jeune de quartier qui vend de la drogue et se retrouve en prison. Pendant son séjour carcéral, il commence à réfléchir à ses actes et décide de repartir à zéro sauf qu’autour de lui, personne n’y croit », explique Emmanuel Serge Mbeutcha, scénariste et réalisateur. « Il s’agit d’une histoire vraie qui s’est réellement passée à Besançon. J’ai tout de même ajouté des passages fictifs au scénario. »

Tourner à Besançon lui est alors apparu comme une évidence : « Je l’ai su immédiatement en écrivant le scénario. En plus, j’adore Besançon, si j’avais dû naître dans une autre ville que là où je suis né, j’aurais aimé que ce soit à Besançon car c’est une belle ville qui bouge. C’est la raison pour laquelle j’ai décidé de la mettre en valeur à travers le court-métrage. » Pour sublimer sa ville de cœur, le réalisateur a alors décidé de faire jouer des acteurs révélés par des séries américaines tels que Skyler Hart dans Grey’s Anatomy ou encore Don Berna dans Narcos.

Toute une région mise à contribution

Montfaucon, La Vèze, le quartier Battant de Besançon ou encore l’aérodrome de Gray, le film dont le tournage débutera le 22 mai prochain, regorgera d’images tournées dans la région. D’ailleurs, la production recherche des restaurateurs locaux pour ravitailler l’équipe de tournage ainsi que les acteurs, c’est-à-dire une trentaine de personnes, entre deux prises : « C’est une façon de faire tourner les commerces du coin et de donner un avant-goût de l’hospitalité régionale aux acteurs. Et pourquoi ne pas mettre en place des placements de produits en échange ? »

Emmanuel Serge Mbeutcha et l’acteur américain Skyler Hart qui a notamment joué dans la série Grey’s Anatomy. © LSM Prod.
Paris, Cannes et… Besançon

« Quand j’ai parlé de mon scénario à Skyler (Skyler Hart, acteur dans la série américaine Grey’s Anatomy, Ndlr) lors d’une soirée dans sa villa à Hollywood, il croyait que Besançon était une personne. Il faut dire que pour lui, la France c’était surtout Paris et Cannes. Je lui ai alors montré sur internet et il a commencé à voir que la ville se situe juste à côté de la Suisse, il a découvert des photos de la Citadelle, il était émerveillé, il a tout de suite été très motivé pour faire le film », retrace Emmanuel Serge Mbeutcha.

« Skyler Hart […] croyait que Besançon était une personne.»

Si les premiers rôles sont déjà attribués à ces acteurs américains ainsi qu’à trois stars du paysage télévisuel français et à un champion du monde de boxe, la production recherche également des seconds rôles et figurants originaires de la région : « On a publié l’annonce de casting le 3 mai dernier, le 7 mai, on avait déjà reçu plus de 4000 mails de personnes intéressées. C’est bien la preuve qu’il y a des choses à faire dans le coin et que les gens n’attendent que ça », déclare-t-il.

Emmanuel Serge Mbeutcha en plein tournage dans les studios d'Universal à Los Angeles ©LSM Prod
Emmanuel Serge Mbeutcha en plein tournage dans les studios d’Universal à Los Angeles ©LSM Prod.
Le cinéma bisontin sur le tapis rouge hollywoodien

Avec un budget initial de 17 000 euros, Emmanuel Serge Mbeutcha espère tout faire pour que son film soit nommé au célèbre festival américain de cinéma indépendant, Sundance, qui se déroule chaque année dans l’Utah. En ce qui concerne l’avant-première, le rendez-vous est donné à Los Angeles à la rentrée de septembre.

Louise De Châteaublanc

L’actu en plusPour son premier court-métrage, intitulé Soldier for ever le jeune réalisateur avait fait privatiser l’aérodrome de Thise. Le film a d’ailleurs fait partie des sélections officielles de 32 festivals dont le festival du film indépendant de Cardiff ou encore le festival du film français au Canada.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here