A l’approche des fêtes, un cadeau original à offrir : un maquillage semi-permanent, un microblading ou un microshading

0
1943
Sandrine Tribut Body Ink maquillage semi permanent - credit photo C. DufaySandrine Tribut Body Ink maquillage semi permanent - credit photo C. Dufay
Sandrine Tribut dans son atelier Place du 8 Septembre © DR
- Annonce -
Le maquillage semi-permanent est aujourd’hui tendance et compte de nombreuses adeptes parmi les femmes lassées du maquillage quotidien. Sur Besançon, Sandrine Tribut, dermographe reconnue et véritable spécialiste du regard, maîtrise de main d’experte ces techniques qui donnent des résultats naturels, voire bluffants.

Maquillage longue durée, dermopigmentation, tatouage des sourcils, microblading, microshading… Des termes pas toujours très sexys pour définir ce que d’aucuns connaissent plutôt sous le nom de « maquillage semi-permanent », technique consistant à pigmenter certaines zones du visage, pour remplacer de manière plus ou moins durable, les produits de maquillage.

Très en vogue il y a une vingtaine d’années, le maquillage semi-permanent cartonne toujours autant, véritable aubaine pour celles qui souhaitent des sourcils toujours au top, restructurés et naturels, une bouche glamour ou des yeux de biche.

Formée dans différentes écoles reconnues au niveau international et participant à de nombreuses conventions mondiales dans les milieux de l’esthétisme et de la dermopigmentation, professionnelle renommée et respectueuse des normes en vigueur, Sandrine Tribut nous reçoit dans son « Atelier Body Ink » créé en 2015. Avec son expertise et son goût sûr, la spécialiste et technicienne avertie, nous présente son travail à but esthétique, voire même réparateur, dans certains cas.

atelier body ink besancon microblading
Des sourcils hyperréalistes © Atelier Body Ink
Aujourd’hui, c’est quoi le maquillage semi-permanent ?

Tout d’abord, précisons-le : le maquillage semi-permanent a largement évolué depuis les années 90 et peut être très discret et naturel. Il sert aujourd’hui à rehausser les traits ou corriger certaines imperfections de manière naturelle grâce à « la technique du poil à poil » appelée également « hairstroke », très en vogue car elle donne un résultat hyperréaliste.

Avant chaque séance, Sandrine Tribut tient compte de différents critères : « Même si je fais du sur-mesure car les envies diffèrent selon chaque cliente, je prône le naturel. J’essaye de préserver au maximum la ligne initiale du sourcil et j’utilise, pour les lèvres, des couleurs s’approchant de la muqueuse car la tendance est au « nude ». On parle aujourd’hui de « Candy Lips » ou « Bouche Bisous Aquarelle ». La pose d’une ligne plus foncée sur les contours ne se fait plus du tout », explique Sandrine Tribut, reconnue dans le monde esthétique pour son travail de qualité et son expertise en morphologie du visage et de la peau. « Avant chaque prestation, je m’entretiens avec la cliente afin de définir ses besoins, ses envies, comprendre sa personnalité, vérifier s’il s’agit d’un caprice du moment, mais aussi pour la rassurer. Puis, je trace une ébauche au crayon à maquillage. Si toutefois, je trouve qu’un sourcil n’est pas adapté à une cliente, je dessine d’un côté ses attentes, de l’autre, ce qui lui correspond le mieux, afin de lui permettre de comparer. Le premier geste est toujours léger lors du premier rendez-vous et peut être intensifié lors de la retouche en fonction de l’envie de la cliente. Nous ne sommes pas à la chaîne. L’individualité est respectée », précise-t-elle.

Grâce à ses appareils ultra-performants, Sandrine redessine le sourcil et comble les manques en traçant un trait ultra-fin imitant le poil à la perfection. Effet 100% naturel garanti. Un rendez-vous de contrôle est fixé environ un mois après le travail initial afin de s’assurer de la bonne tenue du pigment… L’assurance d’un maquillage longue durée.

maquillage semi permanent microblading microshading besancon
Une technique incomparable pour redessiner un sourcil complètement disparu © Atelier Body Ink
Dermopigmentation ou microblading, voire microshading ?

Aujourd’hui ces 2 techniques sont les plus prisées dans le maquillage permanent des sourcils.

La dermopigmentation se fait à l’aide d’un dermographe muni d’une ou plusieurs petites aiguilles. L’implantation des pigments est plus profonde qu’en microblading et c’est la raison pour laquelle la durée du maquillage varie (entre 18 et 36 mois). « Je dessine poil à poil, des sourcils en trompe l’œil avec un effet 3D. Le rendu peut être également poudré ou ombré avec de légers dégradés suivant les envies de ma cliente », précise Sandrine Tribut.

Quant au microblading, technique manuelle utilisant un stylet muni de plusieurs aiguilles, semblables à celles utilisées en acupuncture, il permet d’obtenir des sourcils hyperréalistes et d’une grande finesse. Pour un rendu tout en ombrage ou poudré, mieux vaut opter pour le microshading. Le maquillage s’estompera en douceur au bout de 6 mois à un an. Idéal pour une première fois ou pour des personnes indécises.

Mais la dernière tendance est d’associer ces deux méthodes, une technique« hybride » avec laquelle une cliente peut profiter des avantages du microblading et du microshading pour un rendu optimal.

Quant au matériel aux normes européennes, il est stérile et à usage unique. Les aiguilles sont en acier chirurgical et les pigments de qualité pharmaceutique et hypoallergénique. Inscrite à l’ARS (Agence Régionale de la Santé), Sandrine Tribut, montre une rigueur et une hygiène irréprochables dans toutes les étapes du process… Pas étonnant que l’hôpital de Besançon lui envoie de plus en plus de personnes pour des prestations.

atelier body ink maquillage semi-permanent
Un trait d’eyeliner pour souligner le regard au naturel. © Atelier Body Ink
A qui s’adresse le maquillage semi-permanent ?

« A toutes les femmes ! De la jeune fille, dont les épilations successives ont provoqué la disparition partielle voir totale des sourcils, à la coquette qui désire un regard de biche, une bouche glamour, ou à la grand-mère souhaitant souligner une ligne naturelle qui a tendance à s’estomper avec le temps ou une lèvre qui s’affaisse, en passant par des femmes désirant effacer les traces d’une maladie, ou autres, sans passer par la chirurgie (chimio, pelade, bec de lièvre, aréoles mammaires…) », répond la professionnelle confirmée avant d’ajouter : « Il y a aussi un phénomène de mode, avec une croissance de jeunes filles qui aiment l’effet « nude » en  maquillage. Les pigments de couleurs naturelles donnent de l’intensité aux lèvres, sans être maquillées. »

Mais à quel prix ?

Crayons, poudres, eyeliners… Le maquillage quotidien est un véritable budget, souvent plus proche des 300 € annuels pour de nombreuses femmes… Sans compter le temps passé. Pour du microblading ou microshading des sourcils, il faut prévoir entre 200 € et 250 €. Même tarifs pour un Eye-Liner inférieur ou supérieur. Quant au maquillage semi-permanent sourcils ou contour lèvres, il oscille entre 280 € et 320 €.

Experte du Regard, la praticienne bisontine sait également mettre en valeur le regard grâce aux extensions de cils en soie ou vison, qu’elle pose sur le cil naturel. Effet glamour et naturel garanti pour 3 semaines (pose découverte à 75 €). Enfin, pour celles qui préfèrent opter pour un rehaussement de cils (lotion appliquée pour donner une courbure aux cils, complétée par une teinture donnant de l’ampleur), elles devront débourser environ 60 € pour une durée de 2 à 3 mois.

Publi-rédactionnel

Atelier Body Ink : 19 place du 8 Septembre à Besançon – Tél. : 06 63 08 03 31
Retrouvez Body Ink sur facebook 

Retrouvez une vidéo de présentation : ici

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here