- Annonce -

Le CLA (Centre de linguistique appliquée) clôturait cette semaine un cycle d’une année consacré au 60ème anniversaire d’un centre de formation unique, faisant rayonner Besançon dans tous les pays du monde.

Un hommage à Bernard Quemada, le fondateur du CLA

Frédérique Penilla, la directrice du CLA a rappelé comment cette dernière « étape mémorielle » du 60ème anniversaire du centre est un vecteur essentiel de l’Université de Franche-Comté au cœur de la francophonie.

CLA Besançon Quemada
Le CLA clôture son 60ème anniversaire par une exposition rétrospective de son histoire. DR

En 2018, ce sont 4 à 5 000 apprenants venus de 38 nationalités qui ont suivi les cursus du CLA.

C’est aussi une ouverture du territoire aux cultures du monde, « un marqueur de la ville de Besançon, comme une fresque de l’amour des mots, amour commun de Victor Hugo natif de Besançon et du CLA créé dans la capitale comtoise en 1958 » a poursuivi Dominique Schauss, vice-président du Grand Besançon en charge de la recherche et de l’enseignement supérieur.

« Le CLA est un marqueur de la ville de Besançon, une fresque de l’amour des mots »

Au-delà des propos conventionnels propres à ce genre de manifestations, on retiendra le discours-hommage de Loïc Depecker, délégué général à la langue française au Ministère de la culture. En trente minutes, il a dressé la riche biographie de celui qui a construit une image très forte de Besançon autour du globe.

CLA Besançon Quemada
Le fondateur du CLA, décédé en 2018 a reçu un vibrant hommage. DR

Bernard Quemada, décédé en 2018 était né en 1926 à San Sebastian au pays basque espagnol. Enseignant-chercheur en philologie à l’université de Besançon de 1950 à 1969, il avait soutenu deux thèses sous la direction de Georges Matoré : « le vocabulaire de la galanterie dans les romans mondains de 1640 à 1710 » et « les dictionnaires du français moderne de 1539 à 1863 ».

Il a contribué tout au long de sa riche carrière universitaire passée à la Sorbonne à mieux faire connaître la lexicologie, la discipline de linguistique consacrée à l’étude des mots.

Loïc Depecker, qui fut son élève à la Sorbonne, rappelle toute la difficulté dans les années 50, d’apprendre le français pour les étrangers. C’est à partir de ce constat que Bernard Quemada crée en 1958 le CLA à Besançon, initiative de l’intégration du Français langue étrangère (FLE).

Pour cet amoureux de la langue et des mots, le français a suivi les évolutions sociétales de chaque époque. Et c’est tout à la gloire de l’Académie française fondée en 1635 par Richelieu, de s’être attachée à rendre cette langue toujours plus vivante au fil des siècles. Le mélange harmonieux de la langue classique, de ses origines grecques et latines et du langage usuel en fait sa richesse.

Bernard Quemada, linguiste « pétillant » avait l’obsession de savoir comment un mot remplit sa fonction. « Il n’y a pas de hasard des langues » disait-il et Loïc Depecker ne craint pas de prendre l’exemple d’un champignon qui porte élégamment le nom de « phallus impudicus » évoquant un pénis en érection et dont le nom usuel est « satyre puant ». Le sémillant délégué général de la langue française renvoie l’auditoire à son imagination… le mot remplit sa fonction !

Attention à ce que la fonction ne soit pas dénaturée par des simplifications trop rapides. La féminisation des métiers est nécessaire au regard de l’évolution sociétale ; il en va autrement de l’écriture inclusive selon Loïc Depecker. De même, certaines velléités de réformes de l’orthographe et de la grammaire pourraient remettre en cause les fondamentaux de la langue française.

CLA Besançon
L’immeuble du CLA, partie intégrante de la City à Besançon. DR

Longue vie encore au CLA. Son créateur n’aurait probablement pas imaginé le succès d’un centre de formation du français langue étrangère toujours unique.

Besançon est plus connue dans le monde par le CLA que par sa boucle majestueuse au pied de la citadelle de Vauban. Pour les étudiants et professeurs étrangers qui passent par Besançon, la boucle est bouclée !

YQ

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here