10 ans difficiles dans la construction en Bourgogne Franche-Comté

0
358
L'emploi dans le bâtiment
49 850 emplois dans le secteur du bâtiment et des travaux publics en Bourgogne Franche-Comté DR
- Annonce -

Les URSSAF de Franche-Comté et de Bourgogne viennent de publier, en collaboration avec la cellule économique régionale de la construction (CERC), l’état de l’emploi dans les secteurs de la construction et des travaux publics de 2007 à 2017. L’évolution est contrastée selon les départements même si quelques signes encourageants pourraient rendre optimistes les acteurs de la filière.

Inquiétude dans le génie civil
L'emploi dans la construction
Le secteur du génie civil dépend à 60% des commandes publiques. DR

La fédération des travaux publics s’inquiète sur une hausse probable de la taxe sur le Gasoil non routier (GNR). La consommation de carburant des engins de chantier est un poste important de dépenses pour les entreprises. « La hausse de la fiscalité sur le GNR pourrait avoir un impact fortement négatif sur les embauches à venir » prévient Vincent Martin, Pdg de l’entreprise éponyme et patron de la fédération en Bourgogne Franche-Comté. Mauvais calcul de Bercy : un vivier d’emplois détérioré et des prix de marché en hausse pour l’État et les collectivités… !

Autre sujet d’inquiétude des entreprises franc-comtoises et bourguignonnes : l’importance des travailleurs détachés de l’union européenne « en délicatesse » avec les réglementations. Les URSSAF et le CERC ne disposent pas d’éléments statistiques sur le nombre des travailleurs irréguliers ; c’est la DIRECCTE qui gère le travail dissimulé…chacun ses chiffres !

La construction, une activité majeure du territoire
L'emploi dans la construction
La construction de logements est financée à hauteur de 30% par les collectivités locales. DR

La grande région compte 8350 établissements et près de 50 000 emplois. 85% des contrats de travail sont pérennes (essentiellement des CDI ou des CDD supérieurs à un mois). 82.5% des entreprises comptent moins de 10 salariés, c’est dire la diffusion du secteur de la construction sur l’ensemble du territoire.

Fortement impacté par la crise économique, le secteur a perdu 10 000 emplois en dix ans sur la région. Ces chiffres sont largement au-delà de la baisse des emplois constatés au niveau national (-16.5% en BFC contre -8.2% en France).

Salaire moyen dans les entreprises des travaux publics : 2425€ bruts/mois

Un salaire moyen qui ne fait pas rougir les entrepreneurs 

En Bourgogne Franche-Comté, la masse salariale a évolué favorablement en dix ans de +3.5% (malgré les pertes d’emplois). Le salaire moyen par tête (SMPT) du secteur privé en France est de 2280€ bruts. Les salariés du génie civil dans la région perçoivent un salaire moyen de 2425€ bruts. Il est de 2355€ bruts dans la construction de bâtiments.

Déclarations d’embauches à la hausse depuis 2016

Après une chute importante entre 2008 et 2015, la tendance est orientée à la hausse depuis 2016. La bonne situation s’est poursuivie en 2017 avec une augmentation de 6.1% des déclarations d’embauches, principalement en CDI.

Le secteur emploie naturellement plus d’hommes : près de 92% des emplois sont masculins. Pour autant, faut-il un quota de 50% de femmes sur les chantiers de BTP comme le souhaite Marlène Schiappa, la Secrétaire d’Etat à l’égalité femmes-hommes ?

Recouvrement difficile des cotisations Urssaf

Entre 2010 et 2013, les demandes de délais de paiement des cotisations avaient fortement augmenté. Dans la région, on enregistrait près de 2 000 demandes/an. Depuis 2016, si la situation s’est améliorée (-25% en 2017), le montant moyen des encours a explosé passant de 200€ en 2010 à 7 600€ en 2017.

Dans la France des métropoles ou celle des territoires ruraux, les entreprises de la construction, du bâtiment et des travaux publics ont un rôle majeur. 60% du chiffre d’affaires des entreprises de travaux publics est réalisé avec l’État ou les collectivités locales. Quand le secteur « tousse », ce sont des trottoirs en moins, des canalisations ou des routes mal entretenues, des réhabilitations de logements sociaux qui attendront et in fine, des embauches retardées.

Yves QUEMENEUR   

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here